Blog de Jean-Patrick BOLF, coureur solidaire !

Blog de Jean-Patrick BOLF, coureur solidaire !

Compétitions 2011


Compétitions 2011

Courses effectuées :


15) 10/12/2011, 11h00 : 20ème Cross des enfants malades du CHU de Grenoble (38) - 7 km, plat.


En bref : Beau temps, légèrement frais, température moyenne 8° - Le 1er termine en 22'14", la dernière  en 1h15'34" - Mes résultats : Temps réalisé : 33'59" - 409ème au scratch sur 1409 coureurs classés, 12ème VH3 sur 61 - Parcours plat, le long de l'Isère. Malgré un départ relativement rapide, j'ai bien résisté sur la 2ème partie aussi rapide que la 1ère ...  Récit détaillé à venir...



14) 19/11/2011, 13h30 : 1er Semi-Marathon du Beaujolais à Villefranche sur Saône (69), 21,1 km 

 

En bref : Temps couvert, légèrement pluvieux en tout début de parcours, température moyenne 8° - 2100 coureurs inscrits - 1932 coureurs classés - Le 1er 1h10'54" - Le dernier : 3h28'32" - Mes résultats : Temps réalisé : 1h55'44" - 1031ème au scratch, 13ème VH3 sur 36 - Beau parcours, légèrement vallonné. Départ prudent, accélération progressive, une 2ème partie aussi rapide que la 1ère ...  Récit détaillé à venir...

 

  

13) 06/11/2011, 10h00 : 3ème Grenoble Ekiden (38) - Marathon en équipe de 6 relayeurs, Circuit, plat ... Récit détaillé à venir... 

 

12) 01 et 02/10/2011, 10h00 : 2ème 24 Heures de Grenoble (38) - Circuit, 24 h, plat

En bref : Un grand beau week-end (quoique un peu chaud-bouillant l'après-midi !), une organisation sans faille, une ambiance magique, beaucoup de monde, bref tout ce qui fait la magie d'un évènement qui commence à faire référence sur Grenoble !


Quelques chiffres !

 

- 85 coureurs individuels, 8 équipes de 6 relayeurs, 3 abandons (individuels)

- Au scratch, le 1er réalise 242 km, le dernier 60 km

- Je réalise 169 km (soit 4,5 km de plus qu'en 2010, record battu !)

- Je suis classé 2ème en catégorie VH3 (60 à 69 ans) et 20ème au scratch

- Le 1er VH3 réalise 173 km, le 3ème 127 km, le dernier 99 km

- La 1ère équipe réalise 340 km, la dernière 270 km


Reportage Télégrenoble - Cap Info du 6/10/2011  ici...  (se positionner à 7mn30)

Diaporama de photos "Enfants du Tamil Nadu" ici...  

Les résultats complets et premières photos ici...        Récit détaillé à venir... 

 

11) 24/09/2011, 10h00 : 40ème  100 Km de Millau (12) - Route, 100 km, 1100m D+

En bref : Beau temps (légèrement couvert, température moyenne 22°) - 3250 coureurs inscrits - 2445 coureurs classés - Le 1er 7h21'37" - La dernière : 23h31'48" - Mes résultats : Temps réalisé : 12h35'59" - 866ème au scratch, 40ème VH3 sur 217- Objectif majeur atteint : Pas de fatigue ni de mal aux jambes => Capital préservé pour les 24 Heures de Grenoble samedi prochain ...  Récit détaillé à venir... 

24/09/2011 : 40ème 100 km de Millau

Tous les résultats...           Les photos du site officiel...         Le reportage de TF1...

 

10) 15/08/2011, 10h00 : 27ème Alpe21 - Montée pédestre de l'Alpe d'Huez (38). La montée mythique du Tour de France cycliste, mais en course  pied, avec ses célèbres 21 virages sur 13,8 km et 1 085 m de dénivelé positif. Récit... 

 

9) 30/07/2011, 7h00 : La 6000D - Aime (73) - Trail 60,9 km, 3215m D+ -  Course qualificative (2 points) pour l'UTMB 2012 !  Récit... 

 

8) 14/07/2011, 9h30 : 1er MONTAUD TRAIL à Montaud (38) - Trail, 24,5 km, 1185m D+  Récit ... 

 

7) 03/07/2011, 9h00 : Cross du Pain à Brié et Angonnes (38) - Trail, 10 km, 240m D+  Récit ... 

 

6) 29/05/2011, 9h00 : Montée d'Ezy (38) - Route, 10,4 km, 635m D+ - Récit ... 

 

5) 19/05/2011, 14h30 : Défi A RETT toi Pour Courir - Etape Sassenage - Domène (38) - Route, 25 km, plat - Récit + photos... 

 

4) 14/05/2011, 6h00 : Les Coursières des Hauts du LyonnaisSt Martin-en-Haut (69) Ultra-Trail, 103 km, 4050 m D+, Temps limite 23h  -  Course qualificative (3 points) pour l'UTMB 2012 ! - Récit + photos...

 

3) 01/05/2011, 9h30 : Ronde du Muguet à Fontaine (38) - Route, 10 km, plat  Récit

 

2) 10/04/2011, 8h45 : 35ème Marathon de Paris (75) - Route, 42,195 km, plat   Récit

 

1) 20/03/2011, 9h00 : Sacré Trail des Collines à Tullins (38) - Trail, 17,8 km, 890m D+  Récit...  


 

Accueil     Accueil Compétitions     Compétitions 2012     Compétitions 2010 

Dernière mise à jour le 19/04/2012


09/01/2011
0 Poster un commentaire

24 Heures de Grenoble le 01 et 02/10/2011

Cette année, Les 24 Heures de Grenoble renforcent encore un peu plus leur dimension solidaire en permettant à tout coureur engagé de devenir coureur solidaire au profit de l'association Enfants du Tamil Nadu Présentation du concept 2011 : Cliquer ici... 

 

En tant que coureur solidaire historique, je serai présent sur cette 2ème édition avec un double objctif :

 

Améliorer ma performance 2010 (165 km parcourus). Compte-tenu du temps de récupération extrêment court (1 semaine tout juste après les 100 Km de Millau), 170 à 180 km parcourus seraient une très bonne performance !!!

 

- Concrétiser mon engagement solidaire 2011 au profit de l'association Enfants du Tamil Nadu.

 

Vous pouvez m'aider à atteindre ces deux objectifs de plusieurs manières :

 

- En venant me soutenir sur place à l'anneau de vitesse du Parc Paul Mistral, à partir de 10h00 samedi 1er octobre, jusqu'à 10h00 dimanche 2 octobre, autour du circuit ou sur mon stand de ravitaillement. Je trouverais alors dans votre présence et vos encouragements un regain d'énergie qui me permettra de me dépasser encore un peu plus !

 

- En achetant un ou plusieurs des tours de circuit que je vais réaliser. 5 € le tour, ce n'est pas très cher, mais ca peut rapporter gros, les petits ruisseaux faisant les grandes rivières !

 

- En tenant une permanence sur le stand de ravitaillement pour une vacation de 2h30. si vous êtes intéressé(e),

 

Enfin, le jour venu, vous pourrez consulter les résultats, en temps réel, heure par heure, dès la 1ère heure passée,

 

Je compte sur vous !

 

 

Accueil  

Dernière mise à jour le 28/09/2013 21:09


21/09/2011
0 Poster un commentaire

15/08/2011 : La 27ème Alpe21

Lundi 15/08/2011, 10h00 : 27ème Alpe21 - Montée pédestre de l'Alpe d'Huez (38). La montée mythique du Tour de France cycliste, mais en course  pied, avec ses célèbres 21 virages sur 13,8 km et 1 085 m de dénivelé positif.

 

Mon objectif pour cette année est d'essayer d'améliorer mon chrono de l'an dernier (1h45'47''), malgré le peu de temps de récupération écoulé depuis la 6000D, 16 jours seulement…

 

Très agréable soirée chez Gérard B et Roseline D, amis du Lions Club, qui, comme l'an dernier, nous accueillent Edith mon épouse et moi-même dans leur maison située aux Sables, petit hameau situé quelques kms avant l'entrée de Bourg d'Oisans.

 

Petit-déjeuner à 7h15 avec une tasse de thé et ma traditionnelle barre de céréales spéciale compétition. Après les derniers préparatifs, Gérard m'emmène sur le lieu de départ de la course, au pied de la montée de l'Alpe d'Huez.

 

Une fois l'inscription effectuée, pendant l'échauffement, je rencontre Nestor, de Kikourou, venu de la région parisienne pour sa 2ème participation à l'Alpe21. L'an dernier, il a fini cette course en 1h30 et, qui plus est, il a été l'heureux gagnant, lors du tirage au sort en fin de remise des prix, d'une semaine tout frais payés cadrée sur la date de l'édition Alpe21 2011…

 

Juste avant le départ, je fais connaissance d'Alain, qui a participé à la 6000D en 2007. A la vue de mon tee-shirt Finisher 6000D 2011 que j'arbore pour cette montée, il me félicite et me souhaite une bonne course…

 

10h00, le départ : Conditions idéales, comme l'an dernier : Température de 15° et le ciel qui s'éclaircit au cours de la montée. Comme d'habitude, je pars à mon allure, me laissant copieusement doubler sans mot dire sur les premiers kms. Assez rapidement, je rattrape Nestor, contraint de marcher, car parti trop vite et victime de crampes !

 

Mes sensations sont bonnes, la légère sensation ressentie en début de course au genou droit (celui victime de la chute en fin de la 6000D et qui est encore un peu enflé) a totalement disparue maintenant.

 

24mn de course, environ 3 km parcourus, j'arrive au 1er ravitaillement situé à la Garde. J'en profite pour prendre un des 2 gels énergétiques que j'ai pris avec moi. Après une minute de récupération, je repars…

 

Tout doucement, ma FC moyenne monte aux alentours de 90% de ma FC Max, sans que j'arrive vraiment à la faire baisser durablement. Cette fréquence est un peu rapide à mon goût alors que mon allure me semble tout à fait moyenne. Je me fais alors la réflexion que ce doit être la récupération de la 6000D qui n'est pas encore assez complète…

 

50mn de course : Gérard, Roseline et Edith partis de la maison vers 10h30 me croise maintenant dans un virage (virage N°10 ?) et m'encouragent joyeusement ! J'en profite pour remettre à Edith mes manchons de compression pour les bras (cadeau de la 6000D) car j'ai maintenant trop chaud avec… Je les recroise un peu plus haut, dans une longue ligne droite où ils se sont arrêtés pour prendre une photo…Je leur dit au passage que je n'ai aucune idée sur l'avance ou le retard potentiel par rapport à mon temps de l'an dernier…

 

1h04 de course et environ 8 km de course : 2ème ravitaillement. Je prends alors mon 2ème et dernier gel, sans prendre la précaution d'en prendre un de ceux mis à disposition sur la table de ravitaillement. Mauvaise pioche !

 

1h12 de course : Je passe maintenant devant le panneau « 5 km avant l'arrivée ». Rapide calcul mental : 30mn pour 5 km, soit 6mn au km (ou 10km/h si vous préférez) en montée, ca va être plus que chaud pour améliorer le chrono ! La non récupération de la 6000D se confirme à petits pas… Mais qu'importe ! Je suis là pour le fun, le mythe ! Le but maintenant est de limiter la casse ! ... Mon gel utilisé au ravitaillement précédent m'aurait été bien utile... Je relance et double quelques coureurs…

 

1h25 de course et 11,4 km parcourus : Dernier ravitaillement situé à la patte d'oie (là ou les deux routes menant à l'Alpe d'Huez se séparent). Depuis quelques temps, je suis au coude à coude avec un couple de coureurs et nous nous doublons régulièrement. Lui décroche et elle (Nadine, j'ai pu retrouver son prénom dans le classement après la course) prend les devants…

 

Virage N°2, 1h37 de course et plus que 2 km avant l'arrivée : Je ne mollis pas malgré la raideur de la pente qui s'accentue légèrement dans les derniers lacets… Je prends dans mes réserves pour relancer encore autant que je peux et je double, jusqu'à l'approche du dernier virage avant l'arrivée, plusieurs coureurs qui m'avaient doublé précédemment et qui sont à priori cuits…Je vois maintenant dans ma ligne de mire Nadine un peu plus loin…

 

Dernier virage, synonyme de la fin de la montée, suivie d'une petite descente conduisant à la ligne d'arrivée, située juste devant la patinoire. Comme chaque année, quasiment à chaque fin de course, je place maintenant mon sprint final avec toute la fraicheur qui me reste en magasin. Je double encore quelques coureurs et… Nadine, juste au milieu de cette descente finale. L'arche d'arrivée approche à grandes foulées. Nadine, piquée au vif, lance également son sprint, mais trop tard… Je termine finalement une seconde avant elle, en 1h50'16''. La casse a été limitée avec seulement 4'29'' de plus que l'an dernier et un chrono toutefois inférieur à l'édition 2009 (1h52'40'')…

 

Après la douche dans le Palais des Sports, je fais la connaissance de Jean-Claude G. qui a fait et terminé le Marathon des Sables cette année. Respects ! Nous échangeons nos coordonnées afin que je puisse le recontacter ultérieurement quand le temps de ma participation à cette épreuve plus que mythique sera venu…

 

L'après-midi, après un succulent repas au restaurant « Le printemps de Juliette », nous nous rendons tous les 4 comme chaque année à la traditionnelle remise des prix. Cette année, j'ai la chance que mon dossard soit tiré au sort et je gagne un forfait 4 jours de ski à l'Alpe d'Huez, avec un test de slalom et 6 cours collectifs de surf. Pas mal, non !

 

 

Temps réalisé : 1h50'16" - Classé 186ème sur 254 arrivants 10ème VH3 (60 à 69 ans) sur 14

 

 

Accueil     Accueil Compétitions    Compétitions 2011    Course <    Course >

 

Dernière mise à jour le 26/09/2011


17/08/2011
0 Poster un commentaire

30/07/2011 : La 22ème 6000D

Samedi 30/07/2011, 7h00 : La 6000D - Aime (73) - Trail 60,9 km, 3215m D+

 

Une course qui porte bien son nom : « La course des géants »

 

Prologue : Tout comme Nathalie T, collègue de mon club de jogging de Sassenage et son compagnon Mickaël, je me suis inscrit à cette course mythique dans l'optique d'acquérir les 2 points complémentaires pour mon inscription à l'UTMB 2012. Christophe L est également inscrit à cette course, et c'est avec lui que je partage l'appartement réservé, via les indications obtenues sur le site de la course, pour 2 nuits à Belle-Plagne, résidence Les Licornes. N'étant pas encore en vacances et travaillant tous les deux sur Lyon, nous nous retrouvons donc sur place vers 21h00. Après avoir retrouvé Nathalie et Mickaël en vacances sur place depuis le début de la semaine et venus nous rendre visite, nous discutons tous ensemble un petit moment sur notre journée de demain avant de nous séparer. Nous attaquons Christophe et moi une traditionnelle Pasta Party « maison », avec tomates en entrée (légumes obligent) et bananes en dessert.

 

Les derniers préparatifs pour la course sont terminés vers 23h30, aussi est-il grandement l'heure de se coucher. Le sommeil tarde à venir et j'ai la sensation au réveil à 4h00 du matin de n'avoir quasiment pas fermé l'œil de la nuit ! Je ne suis pas inquiet, car c'est toujours comme ça à la chaque veille de grande épreuve…

 

Après la douche et le petit-déjeuner à base de thé vert à la menthe et barre de céréales ISOSTAR spéciales « avant course » (je les teste pour la 1ère fois, c'est pas bien, faut pas le faire !), vérification de la météo : Le ciel est relativement dégagé et la température de l'ordre de 12°. C'est donc la tenue courte que j'enfile avec mes chaussettes de contention.

 

5h00 : Il est temps de prendre la voiture pour descendre à Aime, lieu de départ et d'arrivée de la course. Après avoir garé assez facilement la voiture pas trop loin du départ et récupérés nos dossards, il nous reste un peu de temps pour nous détendre et finir de nous préparer. J'en profite pour enfiler aux bras les manchons signés La 6000D se trouvant avec le dossard dans le sac de chaque participant. Il est maintenant l'heure de rejoindre le sas de départ, comme nous l'invite l'animateur au micro. Nous sommes près de 900 adeptes de la course en montagne à être rassemblés derrière l'arche de départ (En fait, sur les 1016 inscrits, il y a 884 partants). Le ciel est toujours relativement dégagé, la température de l'ordre de 16 à 17°, et malgré la grosse journée qui nous attend, l'ambiance est sereine ! Je ne vois pas Nathalie et Mickaël qui, arrivés peut-être plus tôt que nous, doivent être positionnés plus près du départ. Je demande à Simon, un autre coureur, de nous prendre Christophe et moi en photo… Un petit hélicoptère télécommandé, avec sûrement une caméra embaquée, survole en stationnaire les coureurs piaffant maintenant d'impatience pour en découdre… Une vidéo complémentaire qui devrait certainement être visible sur le site de la course…

 

7h00, le Départ : La longue colonne se met en route… Très légère descente dans le village suivie d'un long plat : Pas loin de 4 kms d'échauffement ! Idéal pour se mettre en jambes, avant d'attaquer la première vraie montée en direction de Plagne Centre, avec plus de 1400 m de D+ à avaler sur 12 kms… Christophe et moi sommes toujours dans la même foulée, mais je sens ma fréquence cardiaque qui commence à s'élever régulièrement avec la montée. Son allure étant vraiment supérieure à la mienne, il vaut mieux aller chacun à son rythme maintenant… A l'occasion d'une escale technique, je le perds totalement de vue. Dans cette première montée, je prends en point de mire quelques coureurs ayant à peu près mon allure et j'essaye de ne pas me laissé distancer, tout en surveillant de très près mes genoux. En effet, lors du 1er Montaud Trail le 14 juillet dernier, j'ai pu éviter de justesse tant bien que mal une super chute. Avec l'humidité créée par la pluie incessante de ces derniers temps, combinée avec une montée en charge de mes entraînements en vue de renforcer mon foncier « endurance » afin de me préparer à une récupération rapide entre les 2 épreuves majeures de la rentrée (les 100 Kms de Millau le 24/09 et les 24 Heures de Grenoble le 01/10), j'ai depuis ce jour-là des sensations douloureuses aux genoux, avec un genou droit très enflé. Ceci m'a contraint à mettre un gros coup de frein sur ma montée en charge depuis plus d'une semaine, et curieusement aujourd'hui, juste avant le départ, le genou droit est de nouveau opérationnel, seule subsiste une légère sensation au genou gauche, que je surveille donc comme le lait sur le feu…

 

1h05 de course, plus de 7 km et 500 m de D+ : Me voici arrivé à un petit ravitaillement « point d'eau » installé dans la traversée du village de Longefoy. Un verre d'eau et je repars, toujours avec la technique d'accrocher un autre coureur ou un couple de coureurs d'à peu près mon niveau. Ainsi, avec plusieurs coureurs, on se double et on se redouble… Quelques kms plus loin, je suis interpellé joyeusement par un coureur ! C'est Mickaël qui vient de me rattraper, alors que je les croyais tous deux loin devant… Nathalie est juste derrière. En fait, au départ, ils se sont mis tout à la fin. Nous courons un moment ensemble, mais leur niveau étant légèrement supérieur, je me laisse distancer, sans me mettre la pression. J'arrive maintenant au 1er poste de secours, puis un gros raidillon annonciateur de l'arrivée à Aime 2000. Tout en redoublant d'effort face à la raideur de la pente, j'arrive à répondre à un coup de téléphone et continuer à doubler quelques coureurs en difficulté…

 

2h44 de course, plus de 14 km et 1400 m de D+ : Aime 2000. La vue ici est magnifique, plongeante sur la station de Plagne-Centre, juste à mes pieds. L'effort réalisé précédemment, interrompu par le parcours longeant les résidences d'Aime 2000 donc très plat, me déclenche immédiatement une superbe crampe derrière la jambe droite. Après m'être arrêté un instant pour m'étirer, je repars, un peu moins vaillant, dans la descente vers Plagne-Centre, en essayant de me décontracter les jambes et en ménageant au maximum, dans cette 1ère descente, mon genou gauche qui pour l'instant tient bien le coup…

 

2h52 de course, près de 16 km et 1400 m de D+ : Plagne-Centre, 1er point de contrôle et ravitaillement d'importance, atteint avec plus de 41 minutes d'avance selon mes prévisions de mon roadbook établi dans la semaine et que je consulte régulièrement… Après 6'20'' d'arrêt nécessaire pour compléter ma poche d'eau d'un bon litre d'eau et de sucre roux, et bien me ravitailler (produit énergétique, coca, raisin sec, abricot sec et pain d'épice), je repars bien restauré à l'assaut du prochain objectif, la Roche de Mio… De superbes paysages s'offrent à mes yeux, notamment quand le soleil darde ses rayons sur les sommets majestueux. Là encore, lors de cette longue montée, on se double et se redouble avec plusieurs coureurs croisés dans la montée précédente et qui sont à peu près dans le même rythme que moi. Sur une partie assez raide, je lève la jambe droite pour franchir une grosse pierre : crampe immédiate ! Il me faut m'étirer 1 mn pour pouvoir repartir… Au pied d'un joli petit lac, j'aperçois un rocher imposant. La Roche de Mio ? Peut-être. En tout cas, le point de contrôle n'est encore là, et je vois au dessus de moi tout en haut un long serpentin sinueux qui arrive tout en haut, à la hauteur d'une télécabine. Ce doit être là ! A l'approche du point de contrôle, je retrouve l'hélicoptère en stationnaire au dessus de moi. Quel honneur ! Je lui fais alors de grands signes de la main !

 

4h35 de course, plus de 22 km et 2100 m de D+ : J'atteins enfin la Roche de Mio avec 33 mn d'avance sur mon planning. Tout va bien, pas de quoi s'inquiéter ! Je m'engage sans m'arrêter dans la 2ème descente, un chemin caillouteux, assez technique. Un coureur est arrêté pour prendre des photos du panorama superbe, malgré les quelques nuages présents qui masquent le sommet des montagnes environnantes. Je prends moi aussi quelques photos pour immortaliser une trace de mon passage, et ceci au prix de plusieurs coureurs qui vont alors me dépasser… Cette descente se termine par une légère remontée pour arriver au 2ème ravitaillement.

 

4h53 de course, 25 km : Double ravitaillement du Col de la Chiaupe, pour ceux qui montent au glacier, comme moi, et pour ceux qui en redescendent ! Je prends 1 minute pour me restaurer comme au précédent ravito : Coca, produit énergétique, abricot sec et pain d'épices. Il est temps de repartir affronter maintenant le gros morceau qui est là, devant moi : Le Glacier de Plagne-Bellecôte qui culmine à près de 3000 m d'altitude ! Beaucoup de touristes et accompagnateurs sont venus encourager tous les coureurs. Allez JP ! me lance jovialement un sympathique monsieur. Cela me fait vraiment du bien. Quelle curieuse sensation que de voir ces deux files de coureurs en parallèle, celle des coureurs qui montent en marchant, lentement, difficilement et celle des coureurs qui descendent en courant, rapidement et assez facilement ! Je suis également étonné de voir déjà redescendre des coureurs beaucoup plus âgés que moi ainsi que de jeunes coureuses. Ils ont tous au maximum déjà 1h15 à 1h20 d'avance sur moi. Séquence admiration ! Solidarité oblige, les descendeurs encouragent ceux qui montent et ceux qui montent félicitent ceux qui descendent ! C'est vraiment très rare, cette configuration, dans une course !

 

Plus j'avance dans la montée, plus la pente est raide, plus c'est difficile, d'autant plus que le parcours traverse maintenant le pierrier du glacier, ce qui rend la montée très technique. Il faut faire attention à chaque pas. Mon genou gauche devient maintenant plus sensible au fur et  mesure de la montée. Il faudra absolument que je mette ma genouillère au ravitaillement du Col de la Chiaupe ! Je remarque que depuis le début de cette ascension au Glacier, beaucoup de coureurs s'arrêtent régulièrement pour reprendre leur souffle. Ceci m'était arrivé lors de la montée au Col des Béraudes, pendant la MERRELL SKY RACE en Juillet 2009. Ici, aujourd'hui, aucun problème de souffle ! Sûrement le résultat de toutes séances de qualité (Vma, Rdo, Vo2M, PPS). Je me sens récompensé de tout ce travail accompli et de ces progrès réalisés depuis 2 ans !

 

Depuis un moment, je suis au coude à coude avec Yann, coureur qui vient de Bretagne. Nous finissons ensemble le dernier raidillon menant au Glacier, très raide et enneigé. Ici aussi, plusieurs touristes et accompagnateurs félicitent chaleureusement tous les coureurs qui arrivent enfin au Glacier, tels des conquérants de nouveaux mondes ! Leurs bravos me font vraiment du bien et je ne manque pas de le leur dire !

 

5h52 de course, 27 km et 2650 m de D+, Arrivée sur le Glacier de Plagne-Bellecôte. Rapide passage au point de contrôle, un verre de coca et je repars. Je croise Simon, mon photographe du début de course, qui attend son collègue encore derrière. Il reste encore à gravir une petite montée d'environ 500 m pour 50 m de D+ pour arriver au sommet de la 6000D… La température est tout à fait supportable et je n'ai pas besoin de rajouter une couche !

 

6h06 de course, 27,5 km et 2700 m de D+, Télésiège de la Traversée. Me voilà au point le plus haut du parcours, à 3047 m d'altitude. Par rapport à mes prévisions, je n'ai plus que 14 minutes d'avance. Cela devrait suffire pour arriver dans les temps au ravito du Col de la Chiaupe / sens retour, 1ère barrière horaire fixée à 7h00 de course ! Yann est toujours avec moi et nous nous lançons dans la descente. Il s'en suit une alternance de chemins assez roulants, traversées de pierriers très difficiles où les bâtons sont vraiment d'une grande utilité, et névés hyper-glissants… Yann, qui se disait pas très bon descendeur, est finalement devant moi, car je suis handicapé par mon genou sensible depuis cette dernière montée qui ralentit considérablement mon allure !

 

Je rejoins maintenant le trajet commun entre la montée et la descente. Mais il n'y a plus de coureurs dans la montée ! Il n'y a donc pas beaucoup de monde derrière moi ! Le chemin est redevenu plus roulant et mon allure plus rapide. En approchant du ravito, je revois et fais un signe au sympathique monsieur de tout à l'heure qui est encore là !

 

6h32 de course, 30,5 km : Point de contrôle – Ravitaillement du Col de la Chiaupe : Les 28 mn d'avance sur la barrière horaire et les 20 mn d'avance par rapport à mon roadbook me réconfortent. J'ai donc un capital de 2h28 pour rallier la 2ème barrière horaire située à Plagne-Bellecôte, distant de 9 km et 300 D+. Ca devrait le faire ! Après m'être ravitaillé, je prends le temps nécessaire pour mettre ma genouillère afin de soulager mon genou gauche dans les longues descentes à venir ! Yann qui s'est arrêté également repart avant moi. Je ne le reverrais plus… Après 7 minutes d'arrêt (ce sera mon arrêt le plus long de tout le parcours), je repars dans la descente en compagnie de Patrick, qui réalise ici son 1er Trail, encouragé par des amis coureurs. Je lui conseille d'aller à son rythme et tout en lui souhaitant bonne chance, je reprends mon allure presque normale de descente, mon genou allant mieux avec la genouillère… La descente vers le Dérochoir, annoncée pour 4 ,9 km, me semble beaucoup plus courte (2,4 km à mon Polar), et ouvre alors la porte à la dernière montée du parcours, le Col de l'Arpette. Chemin faisant, je croise un bénévole de l'organisation puis deux secouristes à la recherche d'un coureur ayant demandé une assistance suite à une entorse au pied. Pas vu, pas pris !

 

J'arrive maintenant au Chalet du Carroley, ravitaillement « point d'eau ». Je fais à nouveau le plein de ma poche à eau qui est vide. Encore 5'30'' d'arrêt, mais aussi de récupération et je repars à l'assaut de l'Arpette que je vois bien là haut, tout en haut de l'arrivée d'un télésiège. Allez, courage ! Je monte à mon rythme. Le chemin est très escarpé et il est difficile de doubler, d'être doublé ! Je croise un coureur, qui bougonne dans la montée et qui a envie d'arrêter. Je l'encourage du mieux que je peux : « C'est ta tête qui commande maintenant, plus tes jambes ! ». Je croise également à nouveau Simon, décidément ! Je fais maintenant la connaissance de Nathalie X, une coureuse qui a déjà fait la 6000D et donne des conseils à quelques coureurs autour d'elle.

 

8h03 de course, 36,2 km, 3058 m de D+, Col de l'Arpette : Plus que 14 mn de marge sur mes prévisions, la montée a été difficile ! Je passe le point de contrôle juste derrière Nathalie que je vais prendre en point de mire pour la descente vers Plagne-Bellecôte. 30 mn selon ses prévisions. La descente est assez roulante, mais je n'ai toutefois pas mon allure habituelle, la fatigue accumulée se combinant à mon genou toujours un peu sensible. Je rattrape néanmoins plusieurs coureurs qui m'ont doublé lors de la montée au Col de l'Arpette ! J'arrive maintenant à Belle-Plagne et je passe pas loin de la résidence où j'ai passé la nuit. J'arrive au centre de la station. Beaucoup de vacanciers sont rassemblés et applaudissent les coureurs à leur passage ! Je plonge maintenant vers Plagne-Bellecôte ! De plus en plus de vacanciers sont là en promenade sur les pistes. Tous font des signes, encouragent, félicitent ! Enfin les résidences de la station, le point de contrôle…

 

8h25 de course, 39,4 km, Plagne-Bellecôte : 35 mn d'avance sur la barrière horaire et près de 20 mn sur mes prévisions ! Je suis confiant sur la possibilité de finir en moins de 11 h, temps maximum pour être classé, être finisher officiel ! Je retrouve Nathalie X arrivée juste avant moi. Après 2 mn d'arrêt et un verre de coca, je repars avec Nathalie et Thierry, coureur originaire de la Réunion. Dans la descente juste en dessous de Plagne-Bellecôte, nous échangeons avec Thierry sur nos expériences mutuelles. Tout d'un coup, Aie, aie, aie !!! Je viens de me tordre la cheville gauche, exactement comme pendant l'Ultra-Trail des Coursières en mai dernier... Je boite un peu, mais j'arrive à repartir en courant doucement. Petit à petit, la douleur s'estompe et ma foulée retrouve sa dynamique normale. Je reste néanmoins très vigilant et mon allure s'en ressent. Aussi, Nathalie X a pris les devants et j'ai du mal à suivre Thierry. Cette descente vers Montchavin est constituée de longs faux-plats et de sections qui remontent légèrement. Elle me semble interminable… Je suis maintenant tout seul. De temps à autre, je double un autre coureur isolé. De temps à autre, je me fais également doublé par un autre coureur plus rapide…

 

Arrive une partie à peu près plate, mais assez caillouteuse. Aie ! Encore une fois, je me tords la même cheville. Je dois vraiment avoir une faiblesse à cette cheville, ou bien ce sont mes chaussures de trail qui ne me maintiennent pas assez la cheville, ou bien encore les deux possibilités ! Là encore, j'arrive à repartir en boitant légèrement avant de retrouver une allure plus conventionnelle, mais encore un peu moins rapide.

 

9h20 de course, 46 km. J'arrive au ravitaillement-point d'eau « Les Tuiles ». On m'annonce 3 km environ pour arriver à Montchavin. Je réalise alors que mon avance à Plagne-Bellecôte est en train de se réduire considérablement… Un verre de coca et je repars illico-presto dans la descente devenue un peu plus roulante maintenant. Je rattrape un coureur, c'est Simon le photographe, encore lui. A priori, il a définitivement abandonné l'idée d'attendre son collègue ! Nous devons approcher de Montchavin car les spectateurs sont présents maintenant sur le parcours. Des escaliers à descendre… Cela fait râler le coureur Simon ! Et voilà, un dernier virage et nous sommes dans le village !

 

9h50 de course, 49,7 km, point de contrôle de Montchavin. Il m'aura donc fallu 1h25 pour descendre de 700 m de D- sur 10,3 km. Ce que je redoutais vient de se réaliser. Mon avance confortable s'est transformée en un petit retard de 5 mn sur mes prévisions ! Pour finir en 11h, je dois donc boucler les 9,7 km donnés comme restant à parcourir en descente en 1h10 maximum ! C'est sur cette dernière partie de course que tout va se jouer maintenant. Cela rajoute forcément de la pression… Moins d'une minute d'arrêt à ce ravitaillement situé dans une rue piétonne où beaucoup de vacanciers sont aux terrasses des bistrots et encouragent encore et toujours les coureurs qui passent devant eux… A la sortie du village, le parcours s'enfonce à nouveau dans la forêt. A partir de là, s'en suit une alternance de descentes plus moins faciles, immédiatement suivies de petites montées, propices à casser le rythme et qui fait râler tous les coureurs que je croise. La pression est maintenant maximum, je regarde ma montre quasiment sans arrêt, le temps passe très vite mais pas les kms ! Aussi, je relance sans arrêt dans les descentes, sans écouter le mal aux jambes, les crampes sous-jacentes et mes genoux très sensibles… Plusieurs fois, je manque de tomber, mais grâce à mes bâtons, je me rétablis à chaque fois in extremis. Je récupère un peu dans les montées, tout en essayant de ne pas trop marcher… Dans cette dernière partie, seuls 3 ou 4 coureurs seulement me dépasseront. Enfin, j'aperçois, à travers les arbres, une route annonciatrice de fin de la forêt.

 

10h45 de course, 57 km : Je sors de la forêt. Le contrôleur chargé de la sécurité pour traverser la nationale annonce qu'il reste plus que 2, 5 km pour joindre l'arrivée. C'est chaud-bouillant maintenant pour finir dans le quart d'heure qui me reste. Voilà encore une petite descente dans un chemin assez technique. J'accélère et double encore un petit groupe de coureurs. Un instant d'inattention et mon pied droit butte sur une pierre. Vlan, me voilà par terre, le genou droit en sang. Qu'importe ! J'essaye de me relever, mais immédiatement, de superbes crampes m'en empêchent. Le petit groupe doublé me rattrape. Une coureuse me propose de l'aide que je décline pour lui laisser finir sa course au mieux ! Voilà maintenant Nathalie X. qui m'avait distancé dans la descente vers Montchavin et qui a perdu son avance en explosant une de ses chaussures ! Il me faut environ une minute pour me relever et repartir… Les crampes finissent par s'estomper en courant… Je relance encore une fois… Voici maintenant une petite route tranquille, bien plate, comme je les aime. Je marche 50 m pour récupérer, je relance. Je rattrape encore quelques coureurs, dont Nathalie X. Une jeune coureuse me rattrape, me demande le temps qu'il reste pour les 11h. Il reste seulement 1 minute et l'entrée du village n'est pas encore là. « C'est cuit ! » dis-je… Une foule de pensées m'envahit alors : « Je vais de toute façon terminer ma 6000D, même si ce n'est pas en 11h, cela sera peut-être en 11h10 ou 11h15, mais qu'importe, j'ai fait le maximum, avec une pression contrôlée dès le début de la course, peu de temps d'arrêt aux ravitos, des relances au maximum, je n'ai rien à regretter. Dois-je envisager de faire maintenant l'Ultra-Trail du Vercors le 10 septembre pour obtenir ces 2 points nécessaires pour l'inscription à l'UTMB 2012 ? Dois-je vraiment faire l'UTMB ? ». L'arrivée sur la piste cyclable qui mène à Aime me fait sortir de mes pensées !

 

11h07 de course et environ 60 km au compteur : Je suis maintenant sur la piste cyclable. Une bénévole de l'organisation remonte en vélo la file des coureurs pour annoncer le rajout d'une heure sur la durée totale de course, soit 12h ! Mon cœur fait boum ! Je redouble de vitesse et rattrape encore quelques coureurs. Je leur annonce joyeusement « On va être classé ! On va être finisher ! » Je vais avoir les 2 précieux points, sésame de mon inscription UTMB, me dis-je en même temps dans ma tête, en accélérant encore. Je suis maintenant dans le village, la route monte, l'arrivée est à moins de 500 m aux dires des spectateurs massés tout le long du parcours. Je relance encore, porté par la foule de plus en plus dense. J'arrive dans une rue piétonne, pleine de monde, de commerces, des bravos jaillissent de partout, l'émotion commence à m'étreindre… « A gauche, à 100 m l'arrivée » me lance un contrôleur. A force de doubler, je suis tout seul, j'accélère encore… Un dernier virage à gauche, je vois l'arche d'arrivée à 50 m, la foule à gauche et à droite qui applaudit ! Une dernière relance ! Je lève les bras et les bâtons au ciel en signe de Victoire ! Séquence émotion : Je pleure !! Je suis finisher  en 11h et 14 mn, avec 60,9 km au compteur et 3215 m de D+ / D- !! Purée, que c'était dur ! la 6000D, la course des géants, ça se mérite !!!

 

Epilogue : Après avoir récupéré mon tee-shirt de finisher, je retrouve Nathalie T, ma collègue de Sassenage, arrivée après 10h40 d'effort et Mickaël arrivé en 11h, complètement épuisé est dans les mains d'un secouriste. Quant à Christophe, il a terminé en 10h15. Chapeau ! Voyant mon genou écorché, un secouriste me conseille d'aller me doucher et revenir pour me faire soigner. Après ma douche, la blessure de mon genou étant superficielle, je décide de zapper le pansement pour remonter au plus vite avec Christophe sur Belle-Plagne et se faire une superbe Pizza avec un bon demi. On l'a bien mérité, non ! Une fois couché, j'aurais beaucoup de mal à trouver le sommeil, comme après chaque course majeure. Je commence à avoir l'habitude ! Après un bon petit-déjeuner, il est l'heure de repartir dans nos pénates respectives… Christophe, maintenant en vacances, part très tôt pour aller du coté de l'Ile de Ré… En rendant les clés à l'accueil de la résidence, je fais la connaissance d'Olivier, qui a fait également la 6000D en 9h45. Respect ! Olivier est militaire français et réside en Belgique où il travaille pour l'OTAN. Venu en train, je lui propose de le redescendre à la gare d'Aime. Cela lui évitera d'attendre la navette et il aura ainsi le temps de retourner au Village-Course avant de prendre son train. C'est également l'occasion pour moi de découvrir ce Village-Course que je n'ai même pas pensé à visiter hier en fin de journée. Après un rapide tour du Village et un café pris en commun, l'heure du départ a sonné pour moi.. Bye, bye, La 6000D, bye, bye La Plagne !!!

 

Temps réalisé : 11h14'17"  - Classé 752ème sur  810 arrivants (74 abandons), 15ème VH3 (60 à 69 ans) sur 21

 

 Quelques photos perso de la 6000D...             Le parcours de la 6000D...        

 Photos officielles 6000D... 

 

Tout compte fait, après analyse des classements intermédiaires fournis par l'organisation, je ne me suis pas trop mal débrouillé, à en juger le tableau ci-dessous…

 

 

        

 

 

 

 

Accueil     Accueil Compétitions    Compétitions 2011    Course <    Course >

 

Dernière mise à jour le 17/08/2011

 


05/08/2011
2 Poster un commentaire

14/07/2011 : 1er MONTAUD TRAIL à Montaud

14/07/2011, 9h30 : 1er MONTAUD TRAIL à Montaud (38) - Trail, 24,5 km, 1185m D+

 

Temps légèrement couvert et température plutôt fraîche (de l'ordre de 12°) pour cette 1ère édition de ce superbe trail implanté au cœur du Parc Régional du Vercors.

 

Après avoir récupéré mon dossard, je fais connaissance de Michel qui était engagé tout comme moi dans la MERRELL SKY RACE en Juillet 2009. Il m'a reconnu après avoir visionné le montage vidéo stocké sur YouTube de ma première course-défi pour les Enfants du Tamil Nadu. Nous sommes tous les deux très heureux de pouvoir échanger nos souvenirs respectifs sur cette magnifique course qui n'existe plus à ce jour.

 

Après une demi-heure d'entraînement dans les alentours de Montaud, je retrouve sur la ligne de départ plusieurs collègues de mon club AC Sassenage engagés sur la course de 13 km. Seul Etienne est inscrit sur le 24 km comme moi.

 

Face à l'affluence inattendue des inscriptions sur place, le départ est donné à 9h30, une demi-heure plus tard que l'horaire prévu initialement. Départ prudent en ce qui me concerne, la montée en chauffe prenant toujours un peu de temps, malgré l'échauffement initial.

 

Etienne prend le devant dans la première montée, puis me rattrapent Jean-Louis, Monder, Sandra. Je ne force pas l'allure pour ne pas me griller, d'autant plus que les 3 entraînements dont un en Rdo et 41 km au compteur depuis le début de la semaine ont déjà entamé une partie de mon potentiel.

 

A l'approche de la première descente, je commence à rentrer dans mon rythme. Je rattrape alors Sandra et Jean-Louis. Puis Etienne, moins à l'aise que moi dans la descente, est maintenant rejoint. Nous allons maintenant successivement nous dépasser et nous rattraper, lui dans les montées et moi dans les descentes…

 

Peu après le 1er ravitaillement atteint en 47 mn, je rattrape Michel rencontré avant le départ et nous échangeons nos souvenirs de course sur un bon bout de chemin. Etienne m'a rattrapé. Nous rejoignons alors un petit groupe de coureurs et le doute commence à se faire entre nous tous sur le dénivelé cumulé annoncé pour 1200 m, soit 600 D+ et 600 D-. Or après près de 14 km de course, le D+ est déjà de 630 m et une longue montée se profile devant nous…

 

Je me fais à nouveau distancer par tout ce petit monde. Je continue mon bonhomme de chemin. Un moment, mon pied droit heurte un obstacle, caillou ou racine, je ne sais. Je manque de m'étaler de tout mon long, les mains déjà en avant. Mais je réussi de justesse à me rattraper... J'ai bigrement mal au pied mais cela ne m'empêche pas de courir (2 jours après, lors de ma séance de décrassage, j'ai ressenti une légère douleur au genou droit, probablement suite à cette chute évitée de justesse). Un coureur au loin me rattrape maintenant. Ca monte toujours régulièrement. Arrive maintenant une alternance de sous-bois et de petites portions de bitume. Une jeune coureuse, qui m'avait en ligne de mire depuis quelques temps me rattrape et nous faisons un bout de chemin ensemble…

 

Après 2h23 de course, près de 17 km et 950 m de D+, le 2ème et dernier ravitaillement est atteint. Etienne est là et repart dans la descente. Pensant pouvoir le rattraper dans la descente, je prends le temps de bien me ravitailler en profitant du pain d'épices dont la présence est très rare sur les ravitaillements. L'objectif horaire initial de 3h (calculé sur la base de 600 D+) est raisonnablement hors d'atteinte maintenant et c'est plutôt 3h20 à 3h30 qu'il faut compter pour un D+ de 1200 m. Après 2 mn d'arrêt, je repars dans la longue descente sans pouvoir rattraper Etienne. Il s'en suit une alternance de montées assez raides et de descentes techniques à aborder avec prudence…

 

Zut ! Ma poche à eau vide ! J'avais prévu pour 3h de course et je n'ai pas pensé à la remplir au dernier ravitaillement. J'ai encore des gels sur moi, mais sans eau, ça va pas le faire ! Il va falloir que je termine en autonomie, à moins de croiser une fontaine, mais je n'y crois pas trop ! Ah, voilà une expérience de plus, une demi-heure sans boire, moi qui boit une gorgée toutes les 6 à 7 minutes...

 

Plus de 3h de course et 22 km au compteur avec plus de 1000 m D+. L'arrivée n'est plus très loin car j'entends distinctement au loin l'animation de la remise des prix du 13 km, sans pour autant voir quoi que se soit… Arrive maintenant une dernière et imposante montée (100 m de D+). Après 10 mn de marche et d'effort, la longue descente finale s'offre à moi et 9 mn plus tard, je franchis enfin la ligne d'arrivée en moins de 3h30…

 

Epilogue : Etienne est arrivé quelques minutes avant moi et Michel en a terminé après 3h23 d'effort. La jeune coureuse rencontrée avant le 2ème ravitaillement arrivera 3 à 4 minutes après moi.

 

En synthèse : Ce tout nouveau Montaud Trail, très exigeant et labellisé Pleine Nature et éco-environnemental, a vraiment tout pour plaire ! Nul doute qu'il soit promis à un grand avenir !

 

Temps réalisé : 3h29'43"  - Classé 97ème sur  105 arrivants, 3ème VH3 (60 à 69 ans) sur 3 !! 

 

 

 

 

Accueil     Accueil Compétitions    Compétitions 2011    Course <    Course >

 

Dernière mise à jour le 10/08/2011


14/07/2011
1 Poster un commentaire

03/07/2011 : Cross du Pain à Brié et Angonnes

Dimanche 03/07/2011, 9h00 : Cross du Pain à Brié et Angonnes (38). 10 km, 240 m D+

 

Grand beau temps et température idéale (15°) pour ma 4ème participation à ce cross toujours aussi sympathique, ni trop court, ni trop long. Mon frère Pierre m'accompagne, comme l'an dernier. Je retrouve au départ 2 amis coureurs Gérard M. et Sébastien D. que nous croisons, mon frère et moi, régulièrement sur les courses régionales.

 

Avec déjà 62 km au compteur sur les 5 entraînements réalisés sur la semaine (montée en charge oblige pour obtenir un foncier propice à la récupération des 100 km de Millau qui auront lieu tout juste une semaine avant les 24 Heures de Grenoble le 1er octobre prochain), je m'élance donc prudemment… Pierre, dont le niveau a baissé cette année, poids des ans et manque ou irrégularité d'entraînement certainement, s'accroche à ma foulée, Sébastien, d'un niveau largement supérieur au mien, est déjà loin et Gérard est juste devant…

 

Je contrôle de bout en bout mon allure afin de ne pas me griller, (FC moyenne de 88% comme l'an dernier). Je rattrape et double Gérard dans la première grande descente, mon terrain de prédilection. Pierre, un moment distancé, est revenu au contact avec Gérard, à la faveur d'une nouvelle petite côte. En ayant gardé sous le pied, je commence à produire mon effort à 2 km de l'arrivée et distance définitivement mes deux poursuivants…

 

Comme l'an dernier, je finis en trombe, en doublant plusieurs coureurs dans la dernière ligne droite. Je finis dans un temps légèrement inférieur à celui de l'an dernier. L'augmentation de ma charge d'entraînement na donc pas altéré ma performance. Gérard et Pierre arrivent  respectivement 1 mn et 2 mn après moi. Juste avant de rentrer at home, je retrouve Franck V. que je n'avais pas vu depuis plus d'un an. Séquence retrouvailles ! Je repars chez moi doublement content de ma prestation et de mes différentes rencontres du jour…

 

Temps réalisé : 56'28"  - Classé 147ème sur  277 arrivants, 6ème VH3 (60 à 69 ans) sur 12

 

 

Accueil     Accueil Compétitions    Compétitions 2011    Course <    Course >

 

Dernière mise à jour le 17/07/2011


14/07/2011
0 Poster un commentaire

29/05/2011 : Montée d’Ezy

Dimanche 29/05/2011, 9h00 : Montée d'Ezy (38). Route, 10,4 km, dont 7 km de montée, 635 m D+

 

2ème participation à cette course de montée sur route, près de la maison et toujours aussi sympathique et bien organisée. Le temps est au beau, la température idéale (15°).

 

M'étant préparé un peu rapidement, j'ai oublié la ceinture-émetteur de mon cardio-fréquencemètre. Qu'importe ! Commençant à bien connaître mes sensations, je vais faire cette montée au feeling avec une FC moyenne correspondant à un semi-marathon, soit environ 85% de ma FC Max.

 

Je pars donc prudemment sur la première partie de cette course, constituée de 3,4 km de plat, me laissant doubler par quelques amies coureuses de mon club AC Sassenage.

 

17 mn de course : Arrive maintenant la montée. Mon allure faiblit à peine…Rapidement, je rattrape et dépasse les quelques amies coureuses de tout à l'heure… Mon allure est très régulière et j''en garde sous le pied pour l'arrivée… Je bois régulièrement (toujours mon breuvage magique !) afin de ne pas me déshydrater et rester le plus performant possible. Les virages s'enchainent rapidement, les uns après les autres. Seuls 2 coureurs me dépasseront dans cette montée, dont un VH3, à 2 km de l'arrivée, marche plus vite que je ne coure. Etonnant ! Enfin, le dernier kilomètre. Je rattrape alors 2 coureurs « explosés » et les encourage chaleureusement !

 

L'arrivée est en vue. Je regarde mon chrono. Je n'en crois ni mes yeux, ni mes oreilles ! « Allez JP, tu finis en 1h10 ! », me clame en effet Louis C., ami coureur de l'ACS arrivé avant moi ! C'est effectivement avec près de 6 minutes d'avance sur mon temps d'il y a 2 ans maintenant que je franchis la ligne d'arrivée, dans un état de relative fraicheur ! 

Temps réalisé : 1h10'39"  - Classé 64ème sur  81 arrivants, 6ème VH3 (60 à 69 ans) sur 8

 

 

 

 

Accueil     Accueil Compétitions    Compétitions 2011    Course <    Course >

 

Dernière mise à jour le 16/07/2011


09/06/2011
0 Poster un commentaire

19/05/2011 : Défi A RETT toi Pour Courir

Jeudi 19/05/2011, 14h30 : Défi A RETT toi Pour Courir - Etape Sassenage - Domène(38) - Route, 25 km, plat

 

Cette course en relais, organisée pour soutenir la  recherche médicale sur le syndrome de RETT, est partie de Lille le samedi 07/05/2011 pour se terminer à Marseille le 22/05/2011.

.
A RETT toi Pour Courir a fait étape dans notre région, à Domène, le jeudi 19/05/2011, en passant par Moirans, Sassenage, St Martin d'Hères, Gières et Murianette.


Voici le récit de la fin d'étape entre Sassenage et Domène, auquel j'ai eu le plaisir de participer.

 

Le relais Sassenage-Domène commence pour moi dans la matinée, par une reconnaissance du parcours, entre la sortie de la passerelle enjambant le Drac à la hauteur de Seyssins et St Martin d'Hères, Gymnase JP BOY,  2ème point de rencontre de cette fin d'étape. En effet, bien que cette découverte du parcours soit facilitée par le plan réalisé avec OpenRunner par Philippe Gaudillat, président de Kikourou (association nationale de coureurs qui partagent leurs expériences de course à pied) et grand coordinateur des différentes étapes-relais entre Lille et Marseille, j'avais besoin de m'approprier ce parcours afin de guider, le moment venu et sans difficulté, les autres relayeurs devant m'accompagner dans l'après-midi.

 

14h15 : Fin prêt et équipé « jusqu'aux dents », j'arrive sur le point de rencontre de Sassenage situé à la jonction piste cyclable et de la digue de l'Isère. Christelle Bingert, du service Communication de la ville de Sassenage est déjà là, appareil photo en main, afin de couvrir l'événement dans le prochain mensuel de Sassenage. Je ne manque pas de la remercier pour sa présence, ainsi que pour l'affichage depuis une dizaine de jours, sur les différents panneaux lumineux présents sur la commune, du passage du relais ce jour. Je lui présente Stéphane Pinchard, qui préside aux destinées de CAP Vercors, l'association qui a organisé le Maratrail de Lans en Vercors auquel j'ai participé l'an dernier. Stéphane, notre 2ème relayeur au départ de Sassenage, est arrivé également peu de temps avant moi. Je les informe tous les deux du retard d'environ ¼ d'heure pour l'arrivée du relais en provenance de Moirans.

 

14h35 : Arrivent en VTT deux professeurs de l'IUT de Génique Mécanique de Grenoble qui ont encadré le projet Vélo GMP qui consistait à réalisé un vélo prototype 2 places, position couché, suffisamment robuste pour effectuer l'ensemble étapes de Lille à Marseille, en transportant au gé des différents relais, soit Anna, la fille de Pascal Debaty, soit d'autre filles atteintes du Syndrome de RETT. Les deux professeurs nous confirment le retard qui s'est encore un tantinet agrandi. Philippe, joint sur son mobile, me confirme le retard à hauteur de 30 mn, mais l'arrivée imminente du vélo GMP, conduit ce jour par 6 à 7 étudiants grenoblois qui se relaient tout le long de l'étape.

 

14h45 : Arrivée du vélo GMP, avec Anna et les étudiants, Pascal, Philippe et Jean-Pascal Guiramand, enseignant à l'IUT Génie Mécanique et Productique (GMP), notre 3ème relayeur pour cette fin d'étape. Séquence « Trouvailles et Retrouvailles ». Je fais ainsi la connaissance de Philippe avec qui j'ai souvent échangé par mail et par téléphone et d'Anna, la fille de Pascal pour qui ce Défi a été lancé…

 

14h55 : Arrivée des relayeurs, enfin ! Tout le monde se félicite… Je récupère la souris VRETT, véritable  mascotte du Défi A RETT toi Pour Courir ! Séquence Photos de l'ensemble des relayeurs qui arrivent et qui partent, du Vélo GMP, des étudiants, des accompagnateurs, bref  beaucoup de monde sur ce point de rencontre sassenageois…

 

15h00 : Nous sommes prêts, le vélo et ses passagers également, l'équipe se met en route, les 3 coureurs précédant le Vélo GMP et les étudiants relayeurs en VTT. La température atteint déjà les 20° et elle continue à monter. Ayant fait un ultra-trail samedi 14/05 (Coursières des Hauts du Lyonnais, 103 km pour 4000m D+), j'ai du mal à soutenir facilement une allure à plus de 10km/h. Je demande donc à mes co-relayeurs de lever un peu le pied… En effet, la vitesse prévue pour ce relais est de 9km/h et nous ne rattraperons pas de toute façon la demi-heure de retard…

15h20 : Nous sommes à Fontaine. Stéphane donne le bonjour à son père venu le voir sur le parcours. Nous profitons de ces 2 minutes d'arrêt Jean-Pascal et moi pour faire une escale technique… Nous reprenons notre chemin, toujours sur la digue. Voilà maintenant Seyssinet, puis Seyssins. Je passe la souris mascotte VRETT à Stéphane.

 

15h45 : Nous arrivons à la hauteur de passerelle et nous enjambons le Drac. Les étudiants doivent alors porter le Vélo GMP trop large pour passer entre les chicanes !1 petite minute pour souffler…

 

15h55 : Nous sommes maintenant sur la piste cyclable d'Echirolles. 3 petites minutes de patience pour traverser le cours Jean Jaurès en direction de l'avenue Grugliasco. C'est à présent tout droit jusqu'au prochain point de rencontre. La piste cyclable longe maintenant le coté gauche de la route. Les points de repère relevés ce matin défilent l'un après l'autre : Babou, la piscine d'Echirolles, le bowling, la Rampe… Au tour de Jean-Pascal de porter la souris VRETT, véritable symbole de cette course-relais.

 

16h05 : Pause-Ravito au magasin EnduranceShop tenu par mon ami Brice Casteljon. L'eau fraiche, les barres et gels énergétiques proposés par Brice sont acceptés par tous, la chaleur, 24°, commençant à faire sont effet… Après quelques photos et 9 minutes de pause, l'équipe se remet en route. Nous passons quelques feux au rouge et les véhicules surpris de ce « convoi exceptionnel » nous cèdent le passage sans problème…

 

Nous passons maintenant devant l'Hopital Sud. Jérémie, étudiant de l'IUT GMP, court de petits relais à nos cotés. Il est le seul étudiant à être parti de Lille et devant aller jusqu'à Marseille. Le fil rouge en quelque sorte. Au travers des différentes étapes, il alternera régulièrement le vélo GMP et le VTT, le VTT et la course à pied… Epatant, Jérémy ! Nous sommes maintenant sur la rue Mendès France à Eybens, puis voilà déjà Poisat que nous traversons rapidement. Stéphane, victime de crampes, traine un peu la jambe et a du mal à suivre. Pour récupérer, il profite alors du vélo GMP, la place passager libérée par Anna partie avec Pascal directement au point de rencontre de Gières. C'est maintenant Anaïs, une autre étudiante GMP, qui court à nos cotés… Au bout de la ligne droite, St Martin d'Hères approche à grandes enjambées…

 

16h43 : Je vois accourir vers nous mon ami Michel Leynaud, qui a fait les 24 Heures de Grenoble avec moi et qui va prendre courir à nos cotés jusqu'à Domène. Nous arrivons au point de rencontre devant le gymnase JP BOY sous les bravos des relayeurs qui nous attendent et de Philippe qui nous a préparé un ravito fort apprécié car il fait toujours aussi chaud…Après 5 minutes de pause, le convoi, maintenant enrichi d'une douzaine de coureurs, se remet en route direction Gières, 2ème point de rencontre. Philippe décide de raccourcir légèrement le parcours afin de récupérer un peu du retard accumulé. Le rythme est maintenant plus soutenu, les nouveaux relayeurs étant forcément plus « frais ». Je commence à ressentir le poids de l'ultra de samedi dernier et j'ai du mal à suivre. Mais je m'accroche et je relance régulièrement pour ne pas être trop distancé…

 

17h09 : Ouf ! Nous voici arrivés à Gières où nous attend beaucoup de monde. Anna est installée sur le vélo GMP pour finir en beauté cette étape avec tous les relayeurs présents. Après quelques photos et 8 minutes d'arrêt, toute la troupe redémarre pour avaler les 3 kms qui nous séparent de Murianette, 3ème et dernier point de rencontre avant l'arrivée. Malgré la chaleur, l'ambiance est bon enfant et le rythme très soutenu. J'ai de plus en plus de mal à suivre, mais je m'accroche. Le point de rencontre approche… La vision au loin des 3 motos du club Harley Davidson de Grenoble me procure un regain d'énergie qui me propulse en tête du peloton de relayeurs. Je remercie encore une fois par Isabelle Bonzi, membre d'un des Lions Clubs de Grenoble tout comme moi, et qui a répondu favorablement à ma sollicitation, lorsque Pascal m'a fait part de son idée d'être accompagné sur la fin de l'étape par des motards. Après 2 minutes de pause nécessaires au regroupement des relayeurs, nous repartons donc escortés par les motos pour l

ces 2 derniers kms de l'étape. Le rythme est très rapide et s'accélère encore à l'approche de l'arrivée. Nous passons maintenant devant la Poste, plus que 200m, plus que 100m… le rythme s'emballe…

17h48 : L'émotion nous submerge en découvrant tout ce monde amassé autour de la ligne d'arrivée dressée devant la Mairie. Jean-Pascal et moi, nous arrivons main dans la main, tous les deux très heureux d'avoir fait ce relais ensemble… Je suis persuadé que nous nous retrouverons maintenant ensemble sur d'autres courses régionales…

 

A peine le temps de prendre un verre d'eau et le ravitaillement fourni aux relayeurs, que les Pom Pom Girls font leur show…Eblouissantes ! Les différentes animations prévues se succèdent alors, avec danse orientale, séance de dressage Handychiens, orchestre de musique classique,… J'achète le tee-shirt A RETT toi Pour Courir que me dédicace en live Fabrice Chéreau, entraineur du FCG (club de rugby de Grenoble) et deux Bruleurs de Loups (club de hockey de Grenoble).

 

Je retrouve maintenant quelques relayeurs de l'étape : Vincent, Claire, la kiné qui s'occupe d'Anna, Christian Vignon, de l'IUT GMP qui a supervisé la réalisation du vélo GMP. Philippe me présente deux kikoureurs, Birb et Fareway, qui en tant que banquière de Pascal et Margo, est à l'origine de cette idée de course en relais, et c'est comme cela que lui-même est rentré dans la boucle…

 

Le temps passe et les relayeurs commencent à rentrer chez eux. Jean-Pascal et Stéphane sont repartis avec le minibus des étudiants GMP. Michel, quant à lui est rentré en courant sur Grenoble, prolongeant ainsi son entraînement pour son prochain 100 Km de Steenwerck dans le Nord.

 

18h45 : Avant de rentrer, je rencontre une dernière relayeuse Marina, de Voreppe, qui participera tout comme moi à la 40ème édition des 100 Km de Millau en septembre prochain…

 

A l'issue de cette journée, je ressens vraiment ici et maintenant l'énorme solidarité qui s'est mise en place autour d'Anna ! Fantastique !

 

 

Diaporama photos...

 

 

 

Accueil     Accueil Compétitions    Compétitions 2011    Course <    Course >

 

Dernière mise à jour le 10/06/2011


09/06/2011
0 Poster un commentaire

14/05/2011 : Les Coursières des Hauts du Lyonnais

Samedi 14/05/2011, 6h00 : Les Coursières des Hauts du Lyonnais – St Martin-en-Haut (69) Ultra-Trail, 103 km, 4050 m D+, Temps limite 23h  -  Course qualificative (3 points) pour l'UTMB 2012 !

 

Je me suis inscrit avec Nathalie, collègue de mon club de jogging de Sassenage, qui m'a convaincu de participer à cette course dans l'optique d'acquérir 3 points pour notre future participation à l'UTMB en 2012, à condition toutefois que le tirage au sort nous soit favorable. Avec ses 3 points qualificatifs UTMB, ses 103 kms et ses 4000 m D+, cette course offre en outre l'avantage d'être la plus proche de notre domicile… Nous avons préparé ensemble cette course en faisant une sortie de type trail long le dimanche précédent la course,  afin de régler nos allures. Ainsi, Nath sera en tête dans les montées et je reprendrai les commandes dans les descentes, mettant ainsi en avant nos forces respectives, sans pour autant se mettre dans le rouge…

 

6h00 du matin et 9° à St Martin en Haut, lieu de départ et arrivée de la course : Les 103 concurrents s'élancent pour 103 kms en « pleine nature ». Quelques étoiles brillent encore dans le ciel dégagé, laissant augurer une belle journée, malgré les prévisions météo pas très favorables. Nous découvrons, dès les premiers kilomètres, un superbe paysage vallonné à perte de vue, avec alternance de parties dégagées et de sous-bois…

 

Km 6, 43mn de course : Voilà que je me tords la cheville gauche dans la première descente. Il faut que je sois plus vigilant pour ne pas compromettre la bonne fin de la course…

 

Km 18 : Après plus de 2h30 de course, nous arrivons ensemble Nath et moi au ravitaillement de St Laurent de Vaux. Mickaël, le compagnon de Nath, nous y attend. Cela fait plaisir de le voir ! 4 minutes d'arrêt ! Pas grave, car nous sommes en avance sur les temps de passage prévus. La température s'est bien élevée (13 à 14°). Après 2 verres de Perrier (bon pour les sels minéraux), j'enlève mon coupe-vent et on repart ! On attaque maintenant la 1ère grande montée. Au km 22, la pente devenue raide, je décide de prendre mes bâtons... Il est vrai que Nath les utilise depuis un bon moment déjà…

 

10h00, la pluie commence ! Pas trop gênante, rafraichissante même !

 

Km 32, je me tords la même cheville pour la 2ème fois ! Contrarié, je repars en boitant un peu tout en redoublant de vigilance. Je n'ai plus droit à l'erreur. Ma vitesse a baissé, également dans les descentes qui constituent pourtant mon point fort. Un coureur avec un poncho (il pleut toujours légèrement) me double. Puis un second, Guillaume, kikoureur comme moi, me rattrape. Lui racontant mes déboires de cheville, il me conseille de me faire faire un strapping au prochain ravitaillement. Je prends bonne note de ce précieux conseil. Je serre les dents et je continue mon bonhomme de chemin…

 

Km 35, près de 5h00 de course : J'arrive à un petit ravitaillement intermédiaire où m'attend Nathalie. Un autre coureur est également là, arrêté… Après un court arrêt et un verre de Perrier, nous repartons. Mais très rapidement Nathalie me distance à nouveau. Je n'ai pas encore récupéré ma vitesse de base…

 

Km 37, ravitaillement de Duerne, 5h54 de course. A 4 minutes près, je suis toujours dans le timing prévu ! Mickaël m'accueille avec un large sourire ! Nath est arrivée depuis 5 minutes. Je prends une soupe chaude, un abricot sec et un verre de Perrier. Le candidat arrêté au ravito précédent arrive et déclare vouloir abandonner la course… J'essaye de l'en dissuader. Je repars après 4mn30 d'arrêt…

 

Km 48 : 7h12 de course. La 1ère barrière horaire fixée à 8h30 de course est franchie avec une confortable et rassurante avance !

 

Ca y est, j'ai récupéré mon allure et j'ai réussi à rattraper Nath. Je mène le train et nous rattrapons maintenant Guillaume, puis le coureur au Poncho, Claude, VH3 tout comme moi. Nous discutons tout en courant à un bon rythme. Claude a fait cette course plusieurs fois et a terminé l'an dernier en 15h30 environ. Cela correspond à peu près au temps que j'ai prévu de faire. Après un bon bout de chemin fait ensemble et échangé sur nos différentes grandes courses effectuées, Claude prend un peu d'avance…

 

Km 55, ravitaillement de St Symphorien de Coise. Après 7h50 de course, accueilli par Mickaël, nous arrivons ensemble et quasiment dans les délais prévus (à 4 minutes près) à cet important ravitaillement situé à mi-course. Mickaël me remplit ma poche à eau (sans oublier d'y rajouter la dose de sucre roux et sel de Guérande prévue à cet effet), pendant que je me fais poser un strapping par le médecin de garde. Après la pose du strapping et deux verres de Perrier, je change mon tee-shirt et je mets un coupe-vent plus chaud. Afin de ne pas se refroidir,  Nathalie est déjà repartie depuis 5 mn lorsque je repars à mon tour après plus de 20 minutes d'arrêt ! Que le temps passe vite…

 

Km 60, près de 9h00 de course. Je suis toujours tout seul depuis le ravito de St Sym. et j'ai mal à la cheville à cause du strapping qui, trop serré, me comprime la cheville…

 

Km 65, près de 10h00 de course. J'ai de plus en plus mal à ma cheville gauche et je ne suis plus du tout dans mon rythme habituel. Mon allure commence à faiblir sensiblement et je commence à prendre du retard sur mes prévisions, retard qui s'ajoute à celui des arrêts aux ravitos, non prévus dans mon estimation initiale. Voilà maintenant que je suis doublé par une fusée qui marche ! Il s'agit d'une  kikoureuse  qui court pour la cause "Courir pour Guérir" !

 

Km 67, ravitaillement de Coise, 10h43 de course. La barrière horaire de 12h30 est passée avec une avance encore plus confortable qu'à la 1ère barrière. Je me fais refaire le strapping avec la bande prévue à cet effet sans mon sac à dos. Je repars, après 10 mn d'arrêt, avec Guillaume qui vient d'arriver au ravito…

 

Km 75, plus de 12h00 de course. Avec le nouveau strapping, cela va beaucoup mieux et je retrouve un rythme un peu plus convenable. Je distance rapidement Guillaume mais il finira par me rattraper avant le prochain ravito…

 

Km 80 : Nous arrivons au ravitaillement du Grand Mazel, après 12h51 de course (et 1 heure de retard par rapport à mes prévisions) pour une 3ème barrière horaire fixée à 17h ! Guillaume en profite pour se changer complètement. Une soupe chaude, 2 tranches de saucissons et du Perrier et je repars, après plus de 10 mn d'arrêt, donc seul en lui donnant rendez-vous au prochain ravito d'Accole…

 

Km 86, 14h19 de course. J'arrive, toujours seul, à un ravito non prévu qui est en fait le point prévu pour le contrôle du matériel de sécurité que tout coureur doit posséder dans son sac, sous peine de disqualification. J'en profite pour prendre encore une soupe chaude, du saucisson, du Perrier et je repars après 7mn30 d'arrêt. Que le temps passe vite quand on s'arrête !!

 

Km 90, 14h55 de course et 1h40 de retard par rapport aux prévisions. Je traverse le village de Ste Catherine que je connais un peu par rapport à la SaintéLyon, mais pas vraiment de l'intérieur… Voilà l'église, elle est magnifique ! 2 signaleurs sortent de leur voiture pour m'indiquer la direction à prendre. Vraiment, l'organisation de cette course est top, la signalisation parfaite, l'accueil à chaque ravitaillement très chaleureux. Tout est bon, y a rien à jeter !

 

Km 94, 16h de course et 2h15 de retard par rapport aux prévisions : J'arrive au ravitaillement d'Accole. Il était temps, car la nuit est tombée depuis un petit moment et j'ai attendu l'arrivée à ce ravito pour sortir ma frontale, finissant les derniers hectomètres, tel un chat, dans le noir, avec le halo d'une frontale à une centaine de mètres derrière moi… C'est en fait la frontale de Guillaume, suivi de Jacky rencontré sur le parcours, qui me rattrapent à ce dernier ravitaillement encore très bien achalandé. Je prends une dernière soupe, encore du saucisson, un carré de chocolat, du Perrier. Un des bénévole me remplit ma poche à eau et j'y rajoute du sucre. Guillaume, ne voulant pas se refroidir, repart. Il est vrai que la température, 5° déjà depuis le milieu de l'après-midi, nous saisit vite pendant les arrêts… Tandis que Jacky déguste tranquillement sa soupe chaude, je troque ma casquette Kikourou par un bonnet chaud et un cache-col, j'enfile une 2ème paire de gants sur la 1ère paire en soie, et frontale éclairée, après plus de 12 mn d'arrêt, je m'enfonce dans la nuit noire, à l'assaut des 9 derniers kilomètres, avec le secret espoir de rattraper Guillaume parti 5 mn avant moi …

 

Km 100, près de 17h15 de course. De temps à autre, j'ai pu apercevoir la frontale de Guillaume au détour d'un chemin, sans être toutefois en mesure de la rattraper. Par contre, derrière moi, depuis quelques temps déjà, c'est la frontale de Jacky qui se rapproche à grand pas et me rattrape ! Tout en courant, nous faisons connaissance et partageons nos souvenirs de grandes courses communes (SaintéLyon, Millau, CCC, …). Nous approchons maintenant de l'arrivée et nous rencontrons successivement deux signaleurs chargés de nous donner des indications précises sur la fin du parcours, des coureurs précédents s'étant trompé à plusieurs endroits..

 

Km 103, 17h45 de course ! Voilà la salle des sports quittée ce matin à 6h00 qui se profile devant nous et une ombre qui vient à notre rencontre. C'est Mickaël, qui m'attendait depuis un bon moment et nous guide maintenant sur les derniers mètres. L'entrée de la salle !  Je prends la main de Jacky et nous franchissons ensemble la ligne d'arrivée. Séquence émotion !

Cette course, maintenant terminée et largement dans les délais, m'apporte ainsi en récompense les fameux 3 points pour ma future inscription pour l'UTMB 2012…

 

Epilogue : Je retrouve Nathalie, arrivée après 16h18 d'effort, et qui a fait une course remarquable. Elle a vraiment un bon potentiel pour l'UTMB ! Guillaume est là également, attablé. Je demande alors à Mickaël de nous prendre tous en photo, afin de conserver un souvenir de cette belle et grande course. Rideau !

 

 

Avec un temps de 17h46, je finis classé 4ème VH3 (60 à 69 ans) sur 6 et 67ème au scratch sur 82 arrivants (sur les 103 inscrits, 16 abandons et 5 coureurs n'ont pas pris le départ)

 

 

Diaporama photos...

 

 

 

Accueil     Accueil Compétitions    Compétitions 2011    Course <    Course >

 

Dernière mise à jour le 10/06/2011


09/06/2011
1 Poster un commentaire

01/05/2011 : Ronde du Muguet à Fontaine

Samedi 01/05/2011, 9h30 : Ronde du Muguet à Fontaine (38) – Route, 10 km, plat

 

 

Cinquième participation à mon 10 km de référence annuelle. Il fait grand beau, mais la température est déjà élevée (de l'ordre de 18°). Epreuve qualificative pour les championnats de France, il y a beaucoup de monde cette année.

 

Départ prudent, bien maitrisé ! La course se déroule sur le même tempo que l'an dernier, avec une fréquence cardiaque quasiment identique, km par km. Le chrono réalisé est sensiblement le même qu'en 2010 (+ 15 secondes).

 

L'année de plus (VH3 oblige !) au compteur et la chaleur n'ont pas impacté ma performance. Je suis donc pleinement satisfait à l'issue de ce 10ème 10 km !

 

Avec 49'16", je finis 148ème au scratch sur 233 arrivants et 8ème VH3 sur 13 !

 

Tableau comparatif  des 10 kms réalisés ici…

 

 

Accueil     Accueil Compétitions    Compétitions 2011    Course <    Course >

 

Dernière mise à jour le 09/06/2011


04/05/2011
0 Poster un commentaire

10/04/2011 : 35ème Marathon de Paris

Dimanche 10/04/2011, 8h45 : 35ème Marathon de Paris, « l'épreuve Capitale ».

 

Pour mon 10ème marathon dont mon 8ème à Paris, mon objectif cette année est simple : Viser à améliorer mon record 2008 de 3h55'55'' et si possible tutoyer la barre des 3h45 ! Pour ce faire, je n'ai pas hésité à m'inscrire à l'objectif « 4h00 », afin de ne pas partir trop vite, ce qui a toujours été le cas jusqu'à présent. Par ailleurs, mon entraînement accumulé depuis l'an dernier pour la CCC et les 24 Heures de Grenoble, ma préparation spécifique pour ce 10ème Marathon, avec beaucoup de fractionné et de sorties longues de qualité me confère une sérénité à toute épreuve !

 

Il fait grand beau, mais la température est déjà de l'ordre de 15° à 8h45 du matin. Ca promet d'être chaud !

 

Départ prudent avec mon ami Jérôme, adhérent au même club que moi (AC Sassenage) et qui signe aujourd'hui son 1er Marathon. Ma fréquence cardiaque n'a jamais été aussi basse (77% de ma FCM sur les 5 premiers kms). Néanmoins, l'allure est soutenue, et nous en phase avec l'allure du « 4h00 », le meneur d'allure étant juste derrière nous. Je perds de vue Jérôme avant le passage au semi, mais la flamme « 4h00 » est toujours derrière moi, pas d'inquiétude donc ! Le semi est passé dans les délais du « 4h00 ». Mais la chaleur commence à faire son effet. A ce sujet, la presse parisienne fait état d'un record de chaleur pour ce 10 Avril 2011 (26,7°C, ancien record 24,7°C en 1894 !). Heureusement, nous sommes régulièrement arrosés par les pompiers qui, avec leur lance à incendie, créent une véritable pluie artificielle, ceci en plus des stands d'épongement qui sont toujours les bienvenus. Je sens donc que je ne pourrais pas augmenter mon allure, sous peine d'exploser ! Je garde donc mon train actuel et j'arrive à maintenir l'allure Objectif « 4h00 » jusqu'au 27ème km environ. A ce moment, sans rien ressentir de particulier, l'allure commence à baisser légèrement. Après je vois, maintenant 20 m. devant moi, le meneur d'allure « 4h00 » qui a du me doubler à l'occasion d'un ralentissement à un stand d'épongement. Je n'essaye même pas de le rattraper pou ne pas me griller et finir dans de bonnes conditions.

 

Plusieurs choses me surprennent sur ce 10ème Marathon :

 

-         Le public parisien, toujours plus nombreux que les années précédentes et encore plus chaleureux

-         Le nombre de coureurs beaucoup plus important à l'objectif « 4h00 » qu'à celui de 3h45 ». J'ai d'ailleurs souvent été gêné pour doubler, et ceci, du départ jusqu'à 200 m de l'arrivée !

-         De bonnes sensations sur tout le parcours. Pas de mur, pas d'envie de marcher, pas mal aux jambes. A un seul moment, dans le 2ème semi, j'ai senti mes jambes « dures », comme pendant les 24 Heures de Grenoble. Je me suis dit « JP, ton expérience 24 Heures va te servir ! » et la sensation a disparu dans le km suivant…

-         La facilité avec laquelle, malgré la chaleur grandissante, j'ai réalisé le 2ème semi qui représente mon 3ème meilleur chrono sur l'ensemble de mes 10 marathons.

-         Le sentiment d'être en train de remonter sans arrêt dans le classement. Je double continuellement, sans être beaucoup doublé (d'après les classements intermédiaires que mon épouse Edith a reçu par SMS, j'ai gagné 2860 places au classement sur le 2ème semi !). Les autres concurrents doivent donc subir la chaleur plus fortement que moi. Ceci est confirmé par mon meilleur classement cette année (15344ème contre 16674ème l'an dernier où j'avais réalisais un chrono inférieur à 1mn30  environ).

 

Résultat : La chaleur a très probablement eu raison de mon objectif chronométrique d'être en dessous des 3h55 '55''. Néanmoins, je suis satisfait d'avoir bien résisté à la chaleur importante pour ce début de saison. Par ailleurs, comme vous pourrez le constater sur le tableau comparatif ci-joint, mon 2ème semi est en progression sur l'an dernier. L'avancée en âge (60 ans cette année, jeune VH3 oblige !) n'est pas encore véritablement avérée, me laissant un sursis pour l'année prochaine !

Quant à Jérôme, il finira son 1er Marathon en avec un très beau 4h02, chrono très prometteur pour ses futurs marathons.

 

En synthèse : Même si je n'ai pas atteint l'objectif de descendre en dessous de mon record, je ne suis pas pour autant déçu. J'ai bien résisté à la chaleur et mon 2ème semi me laisse envisager encore une marge de progression pour mon prochain marathon…

 

Revivez mon évolution sur le parcours grâce à la balise GPS que je portais sur moi, en cliquant ici…

 

Temps réalisé : 4h08'46" avec un passage au semi en 1h59'32'' - Le diplôme 2011 !

Classement : Scratch :15344ème sur 32092 partants et 31169 arrivants – VH3 : 280ème sur 908

Tous les classements ici… 

 

 

Accueil     Accueil Compétitions   Compétitions 2011   Course <    Course >

 

Dernière mise à jour le 15/06/2011


12/04/2011
4 Poster un commentaire

20/03/2011 : Sacré Trail des Collines à Tullins (38)

20/03/2011, 9h00 : Sacré Trail des Collines à Tullins (38) – Trail, 17,8 km, 890m D+

 

Le soleil promis n'est pas au rendez-vous, mais la température est acceptable (7°) pour ce 1er trail de l'année en guise de préparation pour le Marathon de Paris, que je découvre avec 4 collègues de mon club d'athlétisme AC Sassenage. Je retrouve également au départ Michel L et Jean-Luc P qui ont participé avec moi aux 24 Heures de Grenoble. Plus de 500 coureurs au départ, un record d'après les organisateurs. Après une première boucle autour de l'abbaye du col de Parménie, se présente une première descente, assez roulante malgré les cailloux et la boue. Suivront alors une alternance de montées et de descentes dans un paysage qui doit être vraiment superbe par grand beau temps. Une montée à mi-parcours particulièrement raide oblige tous les concurrents à passer en mode marche !

 

Je rattrape Lorraine (de mon club) et nous continuons un bout de chemin ensemble. Arrivés à une croisée de chemins, nous rencontrons des coureurs rebroussant chemin et à la recherche de balises ! Sans prendre garde, en suivant un petit groupe de coureurs, nous avons donc quitté le parcours et il nous faut revenir sur nos pas pour retrouver le bon chemin. Bilan : Environ 7 mn de perdues pour 800 m de détour.

 

Voilà maintenant une grande descente en prairie dont la porte pente oblige à rester sur les freins. Mes courbatures me le rappelleront 3 jours durant !!

 

J'ai maintenant dans ma ligne de mire Christine (de mon club) qui était derrière moi au départ. Je la rattrape et je la redépasse...

 

Arrive maintenant la dernière grande montée, très raide et hyper glissante. Une corde est à disposition pour s'aider à grimper ! Dernière petite descente, faux-plat montant et voici enfin l'arrivée.

 

 

Avec 2h17'46", je finis 155ème au scratch et 4ème VH3, mon premier classement dans cette toute nouvelle catégorie pour moi !

 

 

Accueil     Accueil Compétitions    Compétitions 2011    Course <    Course >

 

Dernière mise à jour le 15/04/2011


12/04/2011
0 Poster un commentaire

Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser